ESP_El triángulo del Arte de Madrid

La visite des principaux musées de Madrid assure une bonne dose de syndrome de Stendhal. Ah, tu ne sais pas ce qu’est le Syndrome de Stendhal ? Alors c’est que tu n’es jamais rentré dans un musée avec un grand M. Ce syndrome se manifeste de la façon suivante : le pouls s’accélère, la tête tourne et une respiration entrecoupée serre la gorge. C’est la convulsion interne dont peuvent souffrir, ou plutôt jouir, les personnes qui contemplent une œuvre d’art qui, d’un seul coup, bouscule les émotions en raison de sa beauté exquise.

Madrid attire chaque année des millions de touristes dont un grand nombre visite le fameux Triangle de l’art de Madrid, composé par le Musée National du Prado, le Musée d’Art Thyssen-Bornemisza et le Musée National Centre d’Art Reina Sofía.

Le plus célèbre des trois est le Musée du Prado : un musée qui surprend toujours et  que tu ne finiras jamais de connaître complètement, même si tu t’y rends souvent. Il abrite l’une des plus importantes collections de peinture au monde, dont le meilleur des écoles de peinture espagnole, italienne et flamande de la période comprise entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Des toiles comme « Les Ménines » ou « La famille de Philippe IV » de Velázquez, les « Majas » de Goya ou le « Jardin des Délices » de Jérôme Bosch, mais aussi des œuvres d’artistes de la taille du Titien, Rubens ou Le Greco sont particulièrement remarquables.

À mi-chemin entre le classicisme du Prado et l’art contemporain du Reina Sofía se trouve l’espace parfait : le Musée Thyssen-Bornemisza. Un voyage à travers l’histoire de la peinture européenne depuis ses débuts au XIIIe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle. Les murs de ses salles sont ornés d’œuvres de la grande histoire de la peinture, depuis les maîtres italiens, en passant par l’expressionnisme allemand, le constructivisme russe, le surréalisme tardif, la méticuleuse frivolité de l’univers et la sensibilité pop des années 60. Voir Albert Dürer et Paul Cézanne à quelques salles de distance est tout simplement fantastique, c’est un pur condensé d’histoire de l’art. Ce musée organise aussi des expositions temporaires, dont certaines sont simplement géniales.

Quant au Musée National Centre d’Art Reina Sofía, il représente le paradigme de l’art moderne. Entièrement consacré à l’art moderne sous toutes ses facettes, l’institution compte environ 16 200 œuvres qui englobent toutes les techniques artistiques : environ  4 000 peintures, plus de 1 400 sculptures, près de 3 000 dessins, plus de 5 000 gravures, plus de 2 600 photographies, autour de 80 vidéos, une trentaine d’installations et à peu près autant de vidéo-installations, plus de 100 pièces d’arts décoratives et 30 d’architecture.

Je suis sûr que tu ne regretteras pas cet itinéraire artistique. Évidemment, il est impossible de les visiter tous en une seule journée, mais si tu t’organises bien, tu réussiras probablement à visiter le célèbre Triangle de l’art. Après, tu peux aller te détendre au Parc du Retiro, qui se trouve tout près, tout en réfléchissant aux œuvres exposées. ;-)

 

«  L’Hôtel IBEROSTAR Las Letras Gran Vía est un hôtel avant-gardiste situé sur la Gran Vía de Madrid, qui conjugue la personnalité d’un hébergement au charme historique et des services aussi exclusifs qu’une cuisine haut de gamme dans une ambiance décontractée, des chambres avec jacuzzi sur la terrasse, une salle de sport et un parking tout proche (en supplément) et Wi-Fi & Walk, entre autres. »