MED_desierto-tunez

Le Sahara semble avoir toujours existé. Cette portion de terre couverte de dunes de sable rougeâtre semble imperméable au passage du temps. La nature à son état le plus primitif y affirme sa suprématie, ne laissant pas l’être humain y poser ses pieds ou ses mains, sauf dans de rares oasis. Elle règne sur le reste sans partage. Une incroyable expérience pour un voyage qui restera gravé pendant des années sur la rétine et dans les mémoires des voyageurs qui s’y aventurent.

Au sud de la Tunisie la plus occidentale, à la frontière avec le désert, l’argile craquelée de Chott el Djérid s’étale sur plus de 100 kilomètres. Avec le temps, certaines des sources qui se trouvaient dans ce secteur se sont transformées en rivières et les hommes se sont établis près des plus abondantes et des plus proches des montagnes arides, donnant naissance à des lieux comme l’oasis de Chebika, entourée de la végétation caractéristique de ces zones. La ville de Douz, juste à la frontière avec le désert, semble vouloir lutter contre les dunes, tandis que les dromadaires attendent les touristes pour une aventure qu’ils n’oublieront pas.

Presque sur les bords de la Méditerranée, la région de Tataouine abrite de hauts plateaux désertiques sillonnés de vallées aux parois desquelles des villages, comme celui de Toujane, sont littéralement accrochés. Plus au nord se trouvent les maisons creusées dans la roche autour de Matmata et leur décor étrange. Des pièces et habitations entières sont creusées dans le sous-sol, semblant s’entasser les unes sur les autres dans un incroyable labyrinthe de passages et d’escaliers impossibles.

Plus au sud, la source de Ksar Ghilane coule avec un doux murmure malgré l’effervescence qui règne tout autour. Un village blanc à la distribution presque militaire souhaite la bienvenue aux voyageurs, comme une étape obligatoire pour quiconque veut se retrouver face au désert. Cet ancien fort domine les dunes et servait à protéger les biens des fréquentes razzias de l’époque. Aujourd’hui, pour beaucoup, c’est le lieu du premier contact avec le Sahara, soit pour une rencontre avec soi-même, soit pour partir à l’aventure. Quoi qu’il en soit, on ne peut que revenir changé de Ksar Ghilane.

Mais les Berbères ne vivent pas seulement de sable et de rochers. L’immense palmeraie de Tozeur, l’une des plus grandes du pays, est également la plus appréciée dans cette région se consacrant presque exclusivement à la culture des dattes. C’est une véritable oasis de paix et de tranquillité végétale, arrosée par les ruisseaux qui la parcourent. Mais pour parcourir les montagnes du nord de la région, il vaut mieux emprunter le train. Un train de bois, appelé Le Lézard Rouge, serpente entre les gorges de l’oued Seldja et permet de contempler de profonds ravins baignés de soleil, tout en nous faisant remonter au début du XXe siècle.

 

Pour passer la nuit : le coucher et le ver du soleil sont les deux moments forts de la journée dans le désert. Et, entre ces deux périodes, la nuit étoilée sous une khaïma, avec les berbères comme hôtes. Pour le vivre, il existe des séjours pour tous les goûts et toutes les bourses, tout dépend du raffinement de l’offre.

 

Les hôtels IBEROSTAR Hotels & Resorts en Tunisie permettent aussi bien de passer des vacances tranquilles au bord du Sahara que de vivre des aventures, toujours dans le plus grand confort et avec les services les plus complets, afin que le client profite au maximum de son séjour en Tunisie. »