En atterrissant sur l’île de Sal, il se peut que votre première impression soit trompeuse : plate, sèche, stérile, marron… Mais ne soyez pas déçus ! Au bout de la route menant à l’aéroport se trouve l’une des plus belles plages que vous n’ayez jamais vue ! La plage de Sal est l’endroit idéal pour les amateurs de bronzette et les férus de sports aquatiques, qui pourront y profiter du sport sous toutes ses formes, sur la plage ou en mer.

Tout comme les autres îles du Cap Vert, Sal est une île déserte lors de sa découverte en 1460 par les Portugais. Le seul fait marquant des siècles suivants a lieu au XVIe siècle, lorsque des chèvres sont introduites sur l’île. Leur contribution à l’état actuel de stérilité de Sal reste encore un mystère !

Manuel Antonio Martins, originaire de Boa Vista, commence à exporter le sel de l’île à grande échelle au début du XIXe siècle, conduisant ainsi au développement de la population. Et après des hauts et des bas, cette industrie finit par fermer au milieu du XIXe siècle. Des salines et divers engins rouillés de transport de sel se trouvent encore aujourd’hui aux alentours de Pedro de Lume.

Ce village constitue l’attraction touristique principale de Sal (avec la plage).
Un lieu dont la simplicité frappe le visiteur lorsqu’il aperçoit les premières constructions : une Église isolée, une terre solitaire, les ruines d’un bâtiment en bois datant de la fin du XIXe siècle se désintégrant peu à peu et des engins qui pourraient parfaitement provenir d’un film de Sergio Leone. Un chemin de terre mène directement à un tunnel, creusé sur le flanc d’un cratère afin de faciliter l’accès à celui-ci. L’eau de mer se filtre dans le cratère, créant ainsi des salines naturelles.
À l’origine, le transport des sacs de sel des salines à l’autre côté s’effectue à dos d’ânes et de mulets, jusqu’à la construction du tunnel en 1804. Le système d’acheminement par câble est construit en 1919, permettant d’augmenter considérablement la production.
Dans ces salines, vous pourrez vous promener parmi les montagnes de sel, voguer sur un radeau comme sur la Mer Morte, profiter d’un bain de boue curatif, voire même endurer un « peeling » intense par frottement de grains de gros sel sur tout votre corps sous les mains expertes de masseurs professionnels. Toute une expérience à vivre !

 

« L’excellente situation de l’hôtel IBEROSTAR Club Boa Vista offre aux clients la possibilité unique de découvrir sa gastronomie, ses célébrations et sa richesse culturelle, et met à disposition des visiteurs les plaisirs exotiques les plus irrésistibles. »