Lorsque l’on se rend à La Havane, impossible de ne pas « se faire un peu de mal » et de succomber au rhum élaboré à Cuba et aux cigares de La Havane, les plus réputés au monde et qu’arboraient les grands noms de la politique et de la révolution cubaine tels que Fidel Castro ou Ernesto « Ché » Guevara lui-même.

Le rhum est le spiritueux par excellence des Cubains, signe distinctif fruit de cette terre baignée par un climat tropical pluvieux, accompagné de nombreuses heures de soleil. Ses origines remontent à 1850, lorsque Fernando de Artiola, pionnier de l’alambic, développa la pratique de la distillation. C’est à partir de la canne à sucre que naîtra, plus tard, ce que l’on connaît aujourd’hui comme le rhum mais qui, au départ, était une boisson alcoolisée rude, âpre et agressive, le Tafia, boisson que seuls les pirates, les esclaves et les marins de l’époque étaient capables de boire.

Mais la Couronne espagnole organisa un concours visant à élaborer une boisson plus subtile et raffinée pour la métropole et c’est ainsi qu’est apparu, au milieu du XIXe siècle, le rhum cubain. Son élaboration s’effectue par distillation des ferments issus du jus de la canne ou de mélasses de première qualité, donnant ainsi naissance à des eaux-de-vie haut de gamme aux alcools raffinés.

La définition du degré d’alcool, le vieillissement et l’équilibre entre la douceur et l’amertume sont les véritables responsables d’une infinité de sensations gustatives. La vue, l’odorat et le goût sont tous prêts à les découvrir, les comparer et à faire leur choix.

Et, tout comme le rhum, le havane est également issu de la terre, de l’agriculture. Le tabac est cultivé sur les terres les plus riches, à l’Ouest de Cuba. Ses feuilles, de différents types, sont cultivées, récoltées, séchées, fermentées plusieurs fois, puis mises en place pour l’assemblage magique qu’exécute le rouleur lors du processus de formation du Puro. Le havane est, sans nul doute, le plus connu et recherché de tous les tabacs, comme le démontrent les 120 pays où il est exporté et les presque 90 enseignes de vente, qui répandent ce savoir-faire résultant de plus de 500 ans de tradition.

Il est impossible de concevoir un voyage à La Havane sans respirer quelques bouffées de l’un de ces cigares, savourer sa fumée, voire même en ramener quelques-uns pour nos proches qui, pour peu qu’ils s’y connaissent, sauront apprécier la qualité et la particularité d’un tel cadeau.

Le rhum et le havane sont liés par le feu, l’un lors de son élaboration et l’autre lors de sa consommation, et tous deux sont issus de la terre. Ils se sont frayés un chemin de prestige et de distinction à travers les siècles, pour notre plus grand plaisir. Mais profitons-en avec modération, surtout le rhum. Il ne faudrait pas rentrer à l’hôtel en titubant !

 

« IBEROSTAR Hotels & Resorts compte un grand nombre d’hôtels se trouvant à plusieurs endroits de l’île de Cuba. Des destinations les plus connues, comme Varadero, aux zones moins touristiques mais tout aussi attrayantes, comme La Trinité ou la majestueuse capitale, La Havane. Les alentours de ces hôtels sont magnifiques, avec des plages de sable fin et doré, des zones regorgeant de nature et des monuments très représentatifs de l’histoire de Cuba. »