Le polo fut introduit en Jamaïque par l’armée britannique en 1882. Les premières années, le jeu eut peu d’adeptes, mais en 1898, suite aux visites royales, le polo devint une véritable institution en Jamaïque, avec une multiplication des clubs et des tournois. Dès le début du XXe siècle, le polo attira de nombreux visiteurs anglais et nord-américains. En 1901 se déroula la première « Parish Cup », une coupe en argent qui se déroule chaque année et fut présentée pour la première fois par Sir John Dewar, de la famille à laquelle appartient la célèbre marque de spiritueux écossais « Dewar ». Dès lors, les équipes d’Angleterre se sont fréquemment rendues sur l’île. L’une des plus habituelles ces 25 dernières années a été une équipe menée par John Tinsley, ex-président de l’Hurlingham Polo Association. Au fil des années, le polo jamaïcain a également profité des échanges avec des équipes du monde entier, venues de lointains pays comme la Nouvelle-Zélande et le Nigéria ou en voisines comme celles de la Barbade et du Costa Rica.

La saison de polo en Jamaïque est longue : elle commence en janvier et prend fin début août, lorsque la saison des ouragans est à son plus fort.
Tous les ans, un grand nombre d’équipes de différents pays se rendent dans l’île. Le célèbre Scotia Capital Markets Open, qui se joue à Kingston en mars, et la Senior Cup qui se tient en mai à St. Ann, constituent les deux temps forts de la saison de polo en Jamaïque.
Les clubs offrent d’excellentes installations pour les joueurs visiteurs, qu’ils soient professionnels ou débutants, avec la possibilité de louer des chevaux, des maillets, ou des balles, de prendre des cours, etc. Quel que soit votre niveau, tous les éléments liés au polo seront à votre disposition dans l’un des nombreux clubs que compte l’île si vous voulez pratiquer ce sport extraordinaire.

Selon Shane Chin, capitaine de polo à l’Association de polo de Jamaïque et membre du Club de polo de St. Ann, qui pratique ce sport depuis son plus jeune âge, « une fois que vous aurez joué au polo, vous aurez attrapé le virus à tout jamais. C’est comme une maladie que se propage dans le sang. La seule façon d’en guérir est de faire faillite ou de mourir ! »

Mais le polo n’est pas la seule tradition que les Britanniques ont légué aux Jamaïcains. La coutume de boire du thé s’est implantée parallèlement au polo. La Jamaïque produit un thé organique issu de la roselle, un hibiscus de la famille des Malvacées. Cette curieuse plante peut mesurer entre 3 et 5 mètres de haut. Ses fleurs sont de couleur rouge et, à mesure qu’elles s’allongent, leur coloris s’affadit. Elles ont un calice rouge et charnu, à la texture douce et veloutée qui donne la sensation d’avoir devant soi une boule de coton parfumée.

Ce thé possède une multitude de propriétés bénéfiques : il est diurétique, antioxydant, il accélère le métabolisme cellulaire, il réduit le mauvais cholestérol ou LDL et augmente la synthèse du bon cholestérol ou HDL.

Alors, ça vous dit d’aller voir un match de polo tout en savourant une délicieuse tasse de thé à la roselle ?

« Les hôtels d’IBEROSTAR Hotels & Resorts à la Jamaïque vous offrent la possibilité de vivre les émotions les plus intenses que vous réserve l’île. L’excellente situation des hôtels IBEROSTAR en Jamaïque constitue un magnifique point de chute pour parcourir l’île et découvrir tous ses trésors. »