L’explorateur Diego Velázquez fut si émerveillé par la beauté et l’exubérance de cette merveilleuse zone de l’île de Cuba qu’il décida de l’appeler les Jardines del Rey (Jardins du roi) en hommage au monarque espagnol Ferdinand le Catholique. Et le conquistador espagnol avait entièrement raison, car Cayo Coco est la plus belle parmi les belles, une authentique reine au paradis des princesses de Cuba, la plus grande île des Antilles.

Cayo Coco, ainsi appelé en l’honneur de l’ibis blanc, ici dénommé oiseau coco, l’oiseau emblématique de l’îlot en raison de ses couleurs vives, est relié à la terre ferme par une pittoresque route au milieu de la mer partant de Turiguanó, au nord de Ciego de Ávila, et offre une infinité de propositions qu’il vous sera difficile d’oublier.

Pour commencer des plages à couper le souffle, comme celles de Coloradas, Jaula et Playa de los Flamencos. Vingt-deux interminables kilomètres de plages blanches bordées de mangroves et de cocotiers et baignées par les eaux les plus cristallines de toute la mer des Caraïbes grâce à la proximité d’une barrière de corail de 400 kilomètres, la deuxième au monde derrière la grande barrière australienne.

Ensuite, une nature exubérante et une faune variée. L’îlot abrite environ 200 espèces animales, parmi lesquelles des oiseaux et des reptiles comme les iguanes, et plus de 360 espèces de plantes, dont plusieurs endémiques. Le site est le lieu de passage incontournable de nombreuses colonies de flamants roses et autres oiseaux migrateurs et jouit d’une politique de protection de l’environnement progressiste garantissant la qualité des habitats de ce joyau naturel.

Et pour finir, ses excellentes conditions pour passer des vacances haut de gamme, avec des sites incroyables pour la pratique de la plongée dans des eaux offrant une visibilité optimale, des parcs naturels, des programmes d’écotourisme, des piscines naturelles et des lacs où s’adonner à la pêche à la truite et des hôtels extraordinaires comme l’IBEROSTAR Cayo Coco, tout ceci à peine altéré par la présence de l’homme.