Des centaines de mains entremêlées soulèvent le lourd autel sur lequel reposait la vierge, bercée par des centaines de vivats criés à l’unisson. C’est une occasion spéciale. Comme chaque année, la vierge sort en procession pour observer le village du haut de la Peña et le bénir. Cette procession fait partie des festivités du Pèlerinage de la Puebla de Guzmán, dans la province de Huelva, qui inondent les rues de musique, d’accords de guitares flamencas et de tradition. Une festivité également marquée par les danses des épées, les échos des tambourins, les danseurs et les costumes de flamenco et les robes à volants que revêt l’ensemble de la population. Une véritable explosion de couleur contre les façades blanchies à la chaux mêlée à l’allégresse des gens du Sud, des gens de Huelva.

Pendant ces quelques jours, tout se passe à cheval. Les gens se promènent dans le village juchés sur d’innombrables montures et font halte dans les bars et stands pour apaiser la chaleur avec un rebujito bien frais, qui fait disparaître toute trace de timidité et laisse fuser les chansons populaires. Tout n’est que fête. Organisée par les Mayordomos, roses, gâteaux et confit de cidre sont distribués dans les maisons. Même ceux qui n’ont  pas grandi dans le respect de cette tradition vieille de plusieurs siècles et ne sont que de simples spectateurs seront saisis par l’intensité qui se dégage, car l’émotion est à fleur de peau et les poussera à vivre cette fête aux côtés des habitants.